Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

06 Nov 2020

intelligence artificielle , ligne 14 , métro , Métro automatique , Métro léger

Dossiers > Quelles perspectives pour le métro automatique

Quelles perspectives pour le métro automatique

Depuis le tout premier pilotage automatique des années soixante sur le réseau parisien, la France n’a cessé de détenir le leadership mondial en matière d’automatisation des métros. Le mérite en revient à ses industriels, à son ingénierie et à ses opérateurs. Nombre de grandes métropoles en expansion devraient continuer à leur offrir, tant en construction qu’en exploitation, d’alléchantes perspectives de marchés.

Qu’elle porte sur les lignes actuellement en construction ou sur les réseaux les plus anciens, l’automatisation des métros a tout d’une lame de fond. Et le phénomène s’observe à l’échelle mondiale. C’est ainsi qu’en 2018, le cap des mille kilomètres de métros automatiques a été franchi. Il est vrai que, plus que tout autre, ce mode de transport urbain se prête particulièrement bien à l’automatisation.

Voilà qui explique d’ailleurs pourquoi il a historiquement fait l’objet des premières tentatives pour suppléer aux tâches essentielles du conducteur, puis carrément pour se dispenser de ce dernier.

Les raisons en sont simples. La plupart du temps, les réseaux de métros sont exploités ligne par ligne, sans interconnexion réelle et, sur chacune d’elles, tous les trains assurent la même mission.

De plus, ces lignes sont d’abord construites en souterrain ou en viaduc et, même lorsqu’elles affleurent le sol naturel, leurs emprises demeurent bien protégées vis-à-vis d’intrusions extérieures. Enfin, la conception gé...

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Quelles perspectives pour le métro automatique dans le magazine VR&T n°641

DOSSIERS PrécédEnts

Commission européenne

Nouvelle Rubrique. Financements publics, mode d’emploi

Travaux

Plus de 2,8 milliards d’euros pour le réseau ferré en 2021

Toulouse tram

Toulouse remporte le Pass d’or du Palmarès des mobilités 2020

navette autonome Rouen

10 ans qui ont changé la face des transports