fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

05 Mai 2017

JCDecaux

Vélib’. JCDecaux ne désarme pas

Mis à jour le 30 mai 2017

Après avoir pris connaissance de la décision du juge des référés, qui a confirmé le 4 mai la légalité de la procédure d’appel d’offres du syndicat Autolib’ Vélib’ Métropole pour l’attribution du prochain contrat de gestion des vélos en libre service franciliens au profit de la société Smoovengo, JCDecaux a aussitôt contre-attaqué. La société JCDecaux, mandataire du groupement évincé dans la procédure de mise en concurrence (avec la RATP et la SNCF) a en effet jugé cette décision « surprenante ». En effet, explique JCDecaux dans un communiqué,  « le juge des référés dispense aussi bien la collectivité publique que l’entreprise désignée comme repreneur, de se prononcer sur le respect des règles du code du travail relatives au transfert des personnels concernés au nouveau titulaire du marché ». D’où cette nouvelle saisine de la Cour de Cassation cette fois. 

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat