fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

09 Fév 2016

VTC

Nouvelle mobilisation des chauffeurs de VTC et « Loti »

Mis à jour le 06 juin 2017

Plusieurs centaines de chauffeurs travaillant pour les plateformes VTC ou « Loti » (qui tirent leur nom de la loi d’orientation des transports intérieurs et qui ont l’obligation de transporter au moins deux passagers) étaient rassemblés aujourd’hui place de la Nation à Paris, nouvelle journée de mobilisation contre les assurances données récemment par le gouvernement aux taxis.
Le député socialiste de Côte-d’Or, Laurent Grandguillaume, nommé médiateur par le gouvernement, mène des consultations avec les différents acteurs du transport individuel. Mais les manifestants demandent l’arrêt de ces mesures pendant qu’est menée la concertation. La mobilisation concerne surtout les chauffeurs de transport à la demande « Loti » à qui les taxis reprochent d’effectuer des courses individuelles au mépris de la loi.
Rappelons qu’après un mouvement de colère des taxis fin janvier, le gouvernement a annoncé des « contrôles incessants » pour traquer les chauffeurs de VTC (voiture de tourisme avec chauffeur) « fraudeurs », et donné jusqu’à fin février à une vingtaine de plateformes de réservation de VTC (Uber, Chauffeur-Privé, SnapCar, etc.) pour se mettre en conformité.

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat