X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Forgot Password

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Une étude évalue le coût public du covoiturage à 260  millions d’euros

Covoiturage WayzUp
© WayzUp
En plein développement, le covoiturage permet de se déplacer à moindres frais. Mais qui en supporte finalement le coût ? Et pour quel montant ? Réponse : 260 millions d’euros, selon une étude réalisée par l’Adetec et présentée le 6 octobre par son auteur, Bruno Cordier, à la Fnaut. Selon cette étude, menée entre septembre 2016 et août 2017, le coût lié aux infrastructures représenterait 129 millions d’euros annuels, soit la moitié du total, tandis que les fraudes fiscales et sociales se monteraient à 87 millions, soit 33 % du montant (dues à l’absence de déclaration de bénéfices, à des majorations des frais réels lors de trajets domicile - travail ou encore au transport de passagers lors de déplacements professionnels). Les collectivités publiques financent 51 % de ce coût (principalement les infrastructures), l’Etat 47 % (principalement la fraude fiscale) et la Sécurité sociale 2 %. Le développement du covoiturage entraîne aussi un manque à gagner pour les transports publics évalué globalement à 26 millions d’euros (10 % du total). Le TGV est le principal perdant avec un manque à gagner estimé à 67 millions d’euros annuels, les Intercités perdraient 20 millions, là encore à la charge de la SNCF, tandis que les TER verraient leurs recettes amputées de 24 millions d’euros (à la charge des régions). « Le covoiturage de longue distance se développe pour moitié au détriment du train. » En revanche, souligne Bruno Cordier, « le covoiturage de courte distance se développe pour l’essentiel aux dépens de l’autosolisme ». L’étude s’est aussi penchée sur la location de véhicules entre particuliers. « Le montant total des aides et avantages d’origine publique est d’environ six millions d’euros, imputables aux fraudes fiscales et sociales », affirme son auteur. Mais inversement certaines règles fiscales conduisent à taxer des sommes perçues alors qu’aucun bénéfice n’a été réalisé. D’où une série de recommandations portées par Bruno Cordier et la Fnaut qui préconisent de revoir les règles...

L’accès à cet article est protégé

Cet article est payant ou réservé aux abonnés

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat

Signaler un problème