fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

L’urbain se porte bien

Article présent dans le dossier : A Lyon, le mix énergétique fait salon

A Lyon, le « régional de l’étape » s’appelait, bien sûr, Iveco. Visiblement, ça roule actuellement plutôt bien pour le constructeur, qui fabrique en France à Annonay, dans l’Ardèche toute proche, ainsi qu’à Rorthais, en région Nouvelle Aquitaine. « Avec, sur notre territoire, 65 % de parts de marché, dont 44 % pour Iveco et 21 % pour Heuliez, nous réalisons une belle performance, d’autant que nous ne connaissions plus de tels chiffres depuis longtemps », se félicite Solange Grange, responsable du marché France chez Iveco. Comme l’on sait, la marque française Heuliez subsiste toujours pour le marché intérieur mais, depuis 2019, les autobus Heuliez vendus à l’export le sont désormais sous la marque d’origine italienne Iveco, davantage connue à l’étranger. Les produits correspondants portent alors la signature «Iveco by Heuliez ».

Il est vrai que depuis deux ans, l’urbain se porte bien. En France, l’an dernier, quelque 2000 unités (toutes marques confondues) ont été immatriculées. Les prévisions pour cette année s’établiraient aux alentours des 1700 unités. « Sur ce nombre, nous pensons produire encore 600 à 700 unités, grâce à la continuité de tranches sur plusieurs marchés pluriannuels, et l’engagement des acteurs publics à poursuivre les investissements dans les transports urbains et la transition énergétique ».

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier A Lyon, le mix énergétique fait salon dans le magazine VR&T n°666

DOSSIERS PrécédEnts

GRANDS PRIX DES REGIONS 2024

Le livre d’or des transports olympiques

Equipementiers & services – Dans huit autres villes hôtes, les transports urbains sont aussi en première ligne

Equipementiers et services : RAILwAI exploite la richesse des données ferroviaires