Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

05 Nov 2021

ferroviaire , Fret

Dossiers > Faut-il croire aux promesses du fret ferroviaire ?

Faut-il croire aux promesses du fret ferroviaire ?

La stratégie nationale pour le fret ferroviaire a été présentée mi-septembre par le gouvernement. Basée sur l’aide des pouvoirs publics et des engagements des professionnels, elle suscite de nouveaux espoirs.

C’est un énième plan de sauvetage pour le fret mais il semble mieux répondre, cette fois, aux attentes du secteur. Ce plan, « Nouvelle stratégie nationale pour le fret ferroviaire », présenté mi-septembre, lors de la SITL par Jean-Baptiste Djebbari s’inscrit dans la continuité du plan de relance annoncé l’année dernière en soutien à différents secteurs de l’économie, dont le ferroviaire, qui ont souffert de la crise sanitaire. Il passe par le maintien, jusqu’en 2024, d’une enveloppe additionnelle de 170 millions d’euros par an pour soutenir l’exploitation des services de fret ferroviaire et de transport combiné.

Plus précisément, 65 millions d’euros permettront de diviser par deux le prix payé par les opérateurs de fret ferroviaire pour leurs péages, 35 millions sont prévus pour soutenir le transport combiné et le lancement d’autoroutes ferroviaires, 70 millions iront aux wagons isolés (ou plus précisément aux dessertes de tout ce qui n’est pas wagons complets, ce qui implique que Fret SNCF ne sera pas le seul bénéficiaire mais tous ceux qui seront de ce fait incités à développer ce type de services).

Cette mesure fait partie de 72 autres, qui « visent à répondre à quatre enjeux majeurs : assurer la viabilité des services et la pérennité du modèle économique des opérateurs de fret ferroviaire ; améliorer la ...

Il vous reste 76% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Faut-il croire aux promesses du fret ferroviaire ? dans le magazine VR&T n°653

DOSSIERS PrécédEnts

eole travaux sncf

Un programme de plus de 2,8 milliards d’euros pour renouveler le réseau en 2022

Intelligence artificielle

Quand l’intelligence artificielle s’invite dans les transports

Réussir sa candidature au MIE-T

Salon SIfer 2021

Sifer 2021. La filière ferroviaire croit en son avenir