fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Pourquoi les stations de trottinettes n’essaiment pas plus ?

09 Sep 2019

Politique de la ville , Politique des Transports

Dossiers > La fièvre des nouvelles mobilités > Pourquoi les stations de trottinettes n’essaiment pas plus ?

Article présent dans le dossier : La fièvre des nouvelles mobilités

Arthur Keller, fondateur de la start-up Knot, a installé ses premières trottinettes mécaniques, et aujourd’hui électriques, à Strasbourg. Au départ, les Knot en libre service devaient être louées et ramenées à la même station de recharge. Depuis, le principe de la station est resté, mais pas besoin de revenir à son point de départ. Après que la start-up a revu les composants de la trottinette, en particulier les freins, et résolu quelques bugs, elles sont testées à Saint-Denis et Montrouge (aux portes de Paris), près des gares RER et des stations de métro, et à Colmar. En trace directe cette fois, c’est-à-dire que l’on peut prendre une trottinette sur une station, et la déposer sur une autre. En Ile-de-France, l’expérimentation est menée dans le cadre d’un appel à projets lancé par la Société du Grand Paris et Ile-de-France Mobilités. Rédhibitoire, la contrainte de la location en boucle a été levée.

Il vous reste 90% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier La fièvre des nouvelles mobilités dans le magazine VR&T n°627

DOSSIERS PrécédEnts

Le fournisseur de batteries Forsee Power vise l’équilibre en 2024

Eole part à la conquête de l’Ouest

Grands Prix des régions 2024 – Le beau succès des TER

Le bilan 2023 des grands groupes de transport