fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Abellio, Bombardier et Stadler grands gagnants au nord-est de Londres

Mis à jour le 23 mai 2017

La nouvelle est passée complètement inaperçue hors de Grande-Bretagne, alors que ce contrat à double détente, qui concerne l'avenir des trains au nord-est de Londres jusqu'en 2025, se chiffre en milliards de livres Sterling. Plus exactement à 1,4 milliard (1,7 milliard d'euros) pour renouveler l'intégralité du matériel roulant et 3,7 milliards (4,4 milliards d'euros) à reverser au ministère des Transports (DfT) britannique en fin de période contractuelle.
Le 10 août, c'est l'opérateur sortant Abellio, filiale des Chemins de fer néerlandais (NS), qui a été choisi par le DfT pour exploiter les dessertes au départ de la gare londonienne de Liverpool-Street entre octobre prochain et 2025. Un réseau qui couvre toute la région au nord-est de Londres, sauf les lignes de banlieue récemment transférées à l'Overground et à Crossrail. A l'occasion, cette franchise Greater Anglia sera rebaptisée East Anglia, vu qu'elle couvrira essentiellement les relations entre Londres et l'Estanglie.
Seuls restaient FirstGroup et National Express, exploitant de cette franchise avant Abellio, comme concurrents du sortant. Ce dernier l'a finalement emporté malgré la défection de son allié Stagecoach, qui a déjà fort à faire avec ses propres franchises, ainsi qu'avec celles où il est allié avec Virgin.
Comme il se doit désormais, le DfT a mis l'accent sur la qualité de service et la franchise comprend ainsi son lot d'améliorations à apporter aux dessertes actuelles, avec des fréquences plus élevées et des temps de parcours symboliquement raccourcis, comme Londres – Ipswich une heure pile ou Londres – Norwich en une heure et demie. Le tout avec un objectif de régularité frôlant les 93 % de trains à l'heure (89,7 % actuellement).
Pour garantir de tels engagements avec des trains fiables et performants, Abellio a assorti son offre d'une des commandes les plus massives depuis la privatisation, soit un total de 1 043 caisses pour remplacer la totalité du parc actuel (937 voitures). Qu'il s'agisse des rames tractées de voitures Mk3, vieilles de 40 ans mais modernisées avec Wi-Fi à bord, ou des récentes rames Bombardier Electrostar, qui feront des heureux sur d'autres lignes de banlieue.
Numériquement, avec 660 caisses à produire, le grand gagnant de la commande d'Abellio est Bombardier, dont l'usine de Derby pourra continuer de livrer 111 automotrices Class 345 après celles en cours de production pour Crossrail. Ce parc électrique dédié aux lignes de banlieue comprendra 22 rames de dix caisses et 89 de cinq caisses.
Mais la grande nouveauté de ce contrat est la commande de 378 caisses passée au constructeur suisse Stadler, qui avec sa version « sur mesure » pour le réseau britannique de son Flirt, prend vraiment pied outre-Manche. « Vraiment », car Stadler est déjà indirectement présent en Grande-Bretagne avec la livraison en cours de locomotives bimode Class 88 dont la production avait été lancée par Vossloh España avant son rachat par l'entreprise suisse.
Pour les « grandes lignes » (si l'on peut dire, la plus longue desserte faisant 185 km) et les navettes vers l'aéroport de Stansted, Stadler livrera un total de 20 automotrices électriques de 12 caisses. Et pour les lignes régionales, qui ne sont pas toutes électrifiées, le Flirt UK sera décliné en version bimode à trois ou quatre voitures (14 et 24 rames respectivement).
Les premiers de ces différents types de nouveaux trains sont attendus pour 2019-2020. Et Abellio compte dessus pour tirer suffisamment de bénéfices d'une hausse de la fréquentation pour laquelle l'opérateur se donne, c'est le moins qu'on puisse dire, les moyens.
patrick.laval@laviedurail.com

...

L'accès à la totalité de l'article ( 570 mots) est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Vous avez déjà un compte ?

Connectez-vous

S’abonner à

Ville, Rail & Transports

ou

Acheter à la carte

Porte-monnaie électronique
à partir de 20 €

Je découvre les offres

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat