X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Forgot Password

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Hyderabad : le métro ouvre enfin

© Keolis

Cette fois, c’est fait. L’exploitation du métro d’Hyderabad, en Inde, a pu commencer, ce 29 novembre, sur une section de 30 km. Le métro était en fait prêt depuis quasiment trois ans. Mais Hyderabad (environ dix millions d’habitants), auparavant dans l’Etat de l’Andhra Pradesh, a été intégré dans le Telangana, Etat créé en 2014 dont il est la capitale. La mise en service a été ralentie du fait de la constitution de la nouvelle autorité politique.

Ce métro en viaduc a été financé et réalisé par le grand groupe indien Larson & Toubro. Ce concessionnaire en a confié l’exploitation pour cinq ans à partir de la mise en service à Keolis et a acquis les 57 rames auprès du coréen Rotem. Doté d’un système de contrôle automatique CBTC fourni par Thales, il est présenté comme « métro automatique ». Il a tout de même un conducteur et relève, dans le langage des spécialistes, de la catégorie GoA2 (ni manless, ni driverless).

Une fois la totalité du réseau (trois lignes, 68 km, 65 stations) ouverte au public, le métro d’Hyderabad devrait transporter 1,3 million de voyageurs par jour. Le contrat de Keolis, selon le communiqué du groupe français, « porte principalement sur l’exploitation et l’entretien des 57 rames de métro, ainsi que des stations, des dépôts, des voies, du système de signalisation, du système de télécommunications, des systèmes de billetterie et des distributeurs de tickets dans les stations. »

F. D.

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat

Signaler un problème