X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Forgot Password

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

dossiers partenaires

  • Bus mobilite

    Mobilité et villes moyennes. Etat des lieux et perspectives

  • Ferroviaire Haute Normandie

    Haute-Normandie : une ambition ferroviaire

Strasbourg. La CTS élimine les billets en papier

Tram de Strasbourg
© Alstom Transport

La Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) va investir dix millions d’euros pour achever sa migration vers un système billettique sans contact. « Les anciens titres de transport en papier auront totalement disparu en juillet 2018 », annonce Alain Fontanel, président de la CTS. « Cette évolution répond à deux objectifs : inciter les Strasbourgeois à anticiper leur voyage ou à s’abonner, et favoriser la transition écologique. L’abandon du support papier permettra d’économiser 110 arbres par an et des kilomètres de rubans d’encre », calcule l’élu. L’opérateur entend également améliorer la fluidité d’accès dans les bus et les trams, en permettant à ses voyageurs de valider plus rapidement, « en quelques millièmes de secondes », ses titres de transport.
Introduite sur le réseau en 2004 avec la carte Badgéo, la billettique intègre désormais l’application Hoplink, « gage d’interopérabilité », selon Alain Fontanel. Il sera notamment possible de recharger les futurs titres de transport dans le réseau de guichets automatiques de banque (GAB) du Crédit Mutuel, avec lequel la CTS a conclu un accord technique.
Les nouveaux billets sans contact, qui compléteront la gamme existante des supports Badgéo, seront rechargeables et cessibles. La CTS proposera aussi un titre de transport sur QR Code, compatible avec les smartphones Apple et Android. Une part majeure de l’investissement (six millions d’euros) sera consacrée au remplacement des deux valideurs présents dans chaque bus et à l’installation des nouveaux terminaux sur les stations du tramway. Avec la fin de la billetterie magnétique et du support papier, la CTS prévoit de réduire le nombre de valideurs en station. « Cinq valideurs mixtes numériques et magnétiques étaient installés sur chaque quai. Il n’y en aura plus que trois », prévient Alain Giesi, directeur général adjoint de la CTS.

Olivier Mirguet

ENTREPRISES, PROJETS ET RéGIONS COncernés

réagissez à cet article

Accédez à l’espace débat

Signaler un problème