fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Dans l’urbain aussi, ça roule pour l’hydrogène

Article présent dans le dossier : Ce qu’il faut retenir d’InnoTrans

Très tendance dans le transport urbain comme au chemin de fer, l’hydrogène était décidément bien présent à Innotrans 2022. Côté autobus, trois des quatorze véhicules exposés recouraient à cette technologie. Le constructeur polonais Solaris avait apporté son tout nouvel articulé Urbino 18 Hydrogen, qu’il venait tout juste de dévoiler, la semaine précédente, à Cracovie. Un véhicule fort innovant, sur lequel nous reviendrons assez largement dans un prochain numéro. Le constructeur tchèque Skoda, lui, exposait son H’City de 12 m.

Enfin, l’opérateur néerlandais Qbuzz, aujourd’hui propriété de la filiale « transport routier » des FS (Chemins de fer italiens), présentait un Van Hool A330 de 12 m, véhicule à pile à combustible réalisé sur la plateforme de génération précédente du constructeur belge Van Hool, ce qui permettait au passage d’évaluer l’évolution du design des silhouettes extérieures entre A12 (précédemment cité) et A330.

Côté tramways, il n’y avait point encore de réalisation en exposition, mais déjà une belle maquette sur le stand du constructeur coréen Hyundai Rotem. Pour ce dernier, la haute densité énergétique de l’hydrogène rendrait les tramways équipés d’une pile à combustible particulièrement adaptés aux lignes plutôt longues et requérant une exploitation avec des fréquences élevées.

Le constructeur envisage des compositions à cinq caisses, d’une longueur de 35 m pour un gabarit de 2,65 m, équipées de quatre unités de pile à combustible d’une puissance totale de 380 kW, et embarquant 42 kg d’...

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Ce qu’il faut retenir d’InnoTrans dans le magazine VR&T n°665

DOSSIERS PrécédEnts

Formation : ce qu’en attendent les entreprises

Nettoyage, un marché en pleine expansion

Le modèle de Karlsruhe

Navettes autonomes : la phase d’industrialisation se dessine