Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

X

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

X

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

13 Juil 2018

Dossiers > Contournement Nîmes – Montpellier. Un peu de TGV, beaucoup de Fret

Contournement Nîmes – Montpellier. Un peu de TGV, beaucoup de Fret

Les premiers TGV devaient circuler sur le Contournement Nîmes – Montpellier à partir du 7 juillet. Mais peu de dessertes seront proposées dans un premier temps car seule une gare nouvelle sur deux doit entrer en service, l’autre étant attendue fin 2019. De plus, la vocation de cette ligne nouvelle est avant tout d’accueillir du trafic de fret.

 

Ce n’est pas un raz-de-marée qui s’annonce ! Le Contournement Nîmes – Montpellier (CNM), déjà emprunté par des trains de fret depuis décembre dernier, et qui devait s’ouvrir aux voyageurs à partir du 7 juillet, ne doit accueillir que deux trains à grande vitesse par jour : un aller-retour en TGV classique et un aller-retour en Ouigo seront transférés de la ligne classique actuelle à cette ligne nouvelle. Un démarrage en douceur qui s’explique, selon Voyages SNCF, par la mise en service d’une seule gare nouvelle (la gare de Montpellier-Sud-de-France) sur les deux prévues. Vers la fin 2019, lorsque la deuxième gare (Nîmes-Manduel) sera mise en service, le service sera renforcé et « rééquilibré » entre la ligne classique et le contournement Nîmes – Montpellier.

« Aujourd’hui, la liaison entre Montpellier et Nîmes est très riche et diversifiée », souligne Jean Rouche, le directeur du TGV Sud-Est. Nous proposons 48 TGV par jour qui s’arrêtent dans ces deux gares. 12 allers-retours s’arrêtent dans ces deux gares et desservent Paris, tandis que deux allers-retours en Ouigo relient les gares d’Ile-de-France (Aéroport-CDG et Marne-la-Vallée) et que dix allers-retours en TGV se font de province à province, allant jusqu’à Toulouse, Perpignan, et même au-delà relient Barcelone ...

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Contournement Nîmes – Montpellier. Un peu de TGV, beaucoup de Fret dans le magazine VR&T n°613-614

DOSSIERS PrécédEnts

RATP Dev et Keolis en lice pour le métro de Buenos Aires

Visite guidée des chantiers du Grand Paris

Cybersécurité. Sujet tabou, vraie menace

La montée en puissance de SNCF Réseau

Electromobilité partie 1 : 1000 bus électriques pour l’Ile-de-France. Comment la RATP se mobilise

Electromobilité partie 2 : Amsterdam, numéro 1 de l’électromobilité en Europe

Les nouveaux défis des commissionnaires de transport

Siemens-Alstom. Les leçons d’un revers

Les pistes de Thierry Dallard pour abaisser les coûts du Grand Paris Express

Rennes chamboule tout avant l’arrivée de sa deuxième ligne de métro

Networking au féminin dans les transports

La révolution billettique