fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Egis vise le top 10 mondial

Article présent dans le dossier : Le monde très concurrentiel de l’ingénierie

Le n°1 français enregistre une forte croissance de ses activités. Il a aussi mis en place une politique d’acquisitions active pour se renforcer sur des métiers porteurs et à l’international.

Laurent Germain voit les choses en grand pour sa société, numéro un du secteur en France : « Quand j’ai pris la direction générale d’Egis il y a trois ans, l’entreprise réalisait moins de 1,1 milliard d’euros de chiffre d’affaires. En 2022, notre activité a atteint 1,5 milliard d’euros et cette année, nous allons dépasser les 2 milliards. Nous sommes dans la trajectoire. Et même en avance pour atteindre les 2,5 milliards à l’horizon 2026. » Une trajectoire qui doit rapprocher Egis du top 10 mondial des entreprises d’ingénierie (actuellement, Egis se situe autour de la 20e place). « La bonne nouvelle, c’est que l’essentiel de cette croissance est organique », poursuit le directeur général d’Egis. 1,2 milliard d’euros est réalisé dans l’ingénierie, 300 millions dans l’exploitation et la maintenance.

Selon le dirigeant, le secteur est très porteur « grâce à deux dynamiques qui s’additionnent » : la démographie mondiale en forte hausse (la population devrait croître de plus de 2 milliards d’ici à 2050 pour atteindre 10 milliards d’individus) nécessite des infrastructures et des bâtiments (écoles, hôpitaux, logements, transports…). Or, qui dit construction, dit hausse des émissions de gaz à effet de serre et donc nécessité de développer un nouveau modèle plus durable. « C’est à la

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Le monde très concurrentiel de l’ingénierie dans le magazine VR&T n°675

DOSSIERS PrécédEnts

Le bilan 2023 des grands groupes de transport

Equipementiers & services : la SNCF à la rencontre des fournisseurs du Grand Est pour les décarboner

Où en est l’ERTMS en France ?

Mauvaise passe pour le titre unique