fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

« Pour s’exporter, il faut avoir la taille critique »

13 Sep 2023

Concurrence , Egis , industrie , Ingéniérie , Ingérop , Setec , SNC Lavalin , Systra , Transamo

Dossiers > Le monde très concurrentiel de l’ingénierie > « Pour s’exporter, il faut avoir la taille critique »

Article présent dans le dossier : Le monde très concurrentiel de l’ingénierie

Fabrice Drouin, pilote du groupe de travail ferroviaire chez Syntec-Ingénierie.

Ville, Rail & Transports. Quelles sont les forces et les faiblesses des sociétés d’ingénierie en France ? Fabrice Drouin. Globalement, les sociétés d’ingénierie françaises sont reconnues à l’international pour leur savoir- faire. Elles sont portées par de grands constructeurs français (Vinci, Eiffage, Bouygues,

Fabrice Drouin

TSO…) et de grands acteurs du ferroviaire en systèmes, comme Alstom et Thalès, ou comme Engie. Ces entreprises vont conquérir de grands marchés à l’international et souhaitent coopérer avec des sociétés d’ingénierie avec lesquelles elles apprécient de travailler notamment en raison de leur vision systémique. À l’international, des partenariats sont aussi noués avec des acteurs locaux.

VRT. Qu’est-ce qui différencie les entreprises françaises de leurs concurrents ? F. D. Nous faisons face à des ingénieristes internationaux de très grande taille (pouvant employer 10 000 collaborateurs, voire même jusqu’à 100 000 salariés) avec des positionnements différents. En France, les ingénieristes emploient de quelques milliers à 10 000 personnes. Dans les pays anglo- saxons, les ingénieristes se positionnent en tant que donneurs d’ordre alors que dans la culture française, les entreprises de construction occupent une position beaucoup plus centrale. Ce modèle nous paraît plus vertueux, car il permet une ...

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Le monde très concurrentiel de l’ingénierie dans le magazine VR&T n°675

DOSSIERS PrécédEnts

Le fournisseur de batteries Forsee Power vise l’équilibre en 2024

Eole part à la conquête de l’Ouest

Grands Prix des régions 2024 – Le beau succès des TER

Le bilan 2023 des grands groupes de transport