fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

SNC-Lavalin se retire du marché français

13 Sep 2023

Concurrence , Egis , industrie , Ingéniérie , Ingérop , Setec , SNC Lavalin , Systra , Transamo

Dossiers > Le monde très concurrentiel de l’ingénierie > SNC-Lavalin se retire du marché français

Article présent dans le dossier : Le monde très concurrentiel de l’ingénierie

Après une montée en puissance en France, l’un des plus grands groupes mondiaux a vendu ses activités sur ce marché. SNC-Lavalin demeure toutefois un acteur majeur dans l’ingénierie et la construction, implanté dans plus de 50 pays.

Cet été en France, le nom du groupe d’ingénierie et de construction SNC-Lavalin, basé à Montréal, a refait surface avec l’annonce, le 7 juillet, de l’accord pour l’acquisition par Systra des entités suédoises, danoises et norvégiennes du bureau d’études britannique Atkins, acquis par SNC-Lavalin en 2017, quelques mois après le retrait du groupe canadien du marché français. Un retrait dont la discrétion contraste avec le « buzz » de la décennie précédente, lorsque SNC-Lavalin était « la » société d’ingénierie qui montait, en France en particulier. Formé en 1991 par la fusion de l’entreprise de génie civil SNC (fondée en 1911) avec le bureau d’études Lavalin, le groupe montréalais était alors en pleine croissance interne dans l’Hexagone, signant une série de contrats prestigieux dans le domaine des transports publics : LGV Est, tramways de Reims et T3b à Paris, deuxième ligne d’Orléans, Panoramique des Dômes… Ceci alors que SNC-Lavalin connaissait également une croissance externe au Royaume-Uni, en Scandinavie, ainsi qu’en Europe centrale, Australasie, Inde et Amérique du Nord, après le rachat en 2011 d’Interfleet Technology. Cette société britannique d’experts-conseils en technologie ferroviaire avait elle-même connu une croissance rapide en 2003 avec la reprise de l’ancien bureau d’études des Chemins de fer suédois. Au milieu de la décennie précédente, les signatures de contrats se succé...

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Le monde très concurrentiel de l’ingénierie dans le magazine VR&T n°675

DOSSIERS PrécédEnts

Le fournisseur de batteries Forsee Power vise l’équilibre en 2024

Eole part à la conquête de l’Ouest

Grands Prix des régions 2024 – Le beau succès des TER

Le bilan 2023 des grands groupes de transport