fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Setec, porté par le ferroviaire

Article présent dans le dossier : Le monde très concurrentiel de l’ingénierie

Soixante-six ans cette année, Setec a déjà une longue histoire derrière elle, avec à son actif de beaux contrats, comme celui du tunnel sous la Manche. Au fil du temps, la société d’ingénierie française est devenue pluridisciplinaire, intervenant dans le routier, le portuaire, le bâtiment, le nucléaire, l’urbain. Mais le ferroviaire reste sa première activité, avec le groupe SNCF comme premier client. « Nous sommes en maîtrise d’oeuvre sur Éole et sur CDG Express. Nous nous positionnons sur les LGV, sur des projets emblématiques », souligne Fabrice Drouin, directeur général de Setec ferroviaire. Entre autres nouveaux contrats gagnés, citons celui du prolongement de la LGV au Maroc.

Avec 3 500 personnes, Setec compte une vingtaine de filiales en France (Setec ITS, Setec nucléaire…) et une quarantaine à l’international. La société a réalisé un chiffre d’affaires de 440 millions d’euros en 2022. « Nous sommes un groupe indépendant qui connaît une croissance de 10 à 15 % par an », indique Fabrice Drouin. Une croissance purement organique.

« Nous ne cherchons pas à faire des acquisitions », assure le dirigeant. À la différence de bien d’autres, Setec n’est pas dans une course à la taille.

M-H.P.

 

Au Maroc, l’extension jusqu’à Marrakech de la LGV Tanger-Casablanca fait partie des nouveaux contrats gagnés par Setec.

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Le monde très concurrentiel de l’ingénierie dans le magazine VR&T n°675

DOSSIERS PrécédEnts

Le bilan 2023 des grands groupes de transport

Equipementiers & services : la SNCF à la rencontre des fournisseurs du Grand Est pour les décarboner

Où en est l’ERTMS en France ?

Mauvaise passe pour le titre unique