fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

MyTrain, nouveau venu sur le marché des TER

24 Jan 2023

Concurrence , Go-Ahead , Kevin Speed , Midnight Trains , Moventia , MTR , MyTrain , Railcoop , Trenitalia

Dossiers > Les nouveaux aventuriers du rail > MyTrain, nouveau venu sur le marché des TER

Article présent dans le dossier : Les nouveaux aventuriers du rail

Après la SNCF, Transdev, Régionéo, parfois Arriva ou la Renfe, on a vu apparaître MyTrain sur le marché des TER qui s’ouvrent à la concurrence. Cette société constituée par Edeis, spécialiste de la gestion déléguée d’infrastructures de collectivités et TTH-GTF, spécialiste de la maintenance et exploitation ferroviaire, est en effet, selon nos informations, l’un des cinq opérateurs qui ont déposé fin octobre des offres fermes et définitives suite à l’appel d’offres lancé il y a un an par la région Pays de la Loire pour ouvrir à la concurrence un premier lot de liaisons TER (le lot dit « Tram train », un lot dénommé « Sud Loire ») avec une mise en service en décembre 2024. Mis à part cette candidature, les acteurs en lice se connaissent tous.

« Pour le moment, ce sont donc des acteurs en lien avec le ferroviaire qui se positionnent, avec parfois un acteur local », commente Jean-Aimé Mougenot, le directeur TER Délégué à SNCF Voyageurs. « Bien que sur ces marchés, les autorités organisatrices régionales sont propriétaires des lots, des matériels roulants, ou des ateliers de maintenance, il ne faut pas investir énormément contrairement à l’open access. Mais l’exploitation reste complexe. C’est pourquoi on n’imagine pas voir arriver des acteurs complètement nouveaux », ajoute-t-il. A l’avenir, Trenitalia qui affirme ne rien s’interdire, ou la Renfe pourraient aussi faire acte de candidature lors de nouveaux appels d’offre.

M.-H. P.

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Les nouveaux aventuriers du rail dans le magazine VR&T n°666

DOSSIERS PrécédEnts

Equipementiers et services : RAILwAI exploite la richesse des données ferroviaires

Accessibilité, sécurité : les deux autres défis des JO

SPECIAL BUS

Le fournisseur de batteries Forsee Power vise l’équilibre en 2024