fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Trenitalia, pionnier de l’open access en France

24 Jan 2023

Concurrence , Go-Ahead , Kevin Speed , Midnight Trains , Moventia , MTR , MyTrain , Railcoop , Trenitalia

Dossiers > Les nouveaux aventuriers du rail > Trenitalia, pionnier de l’open access en France

Article présent dans le dossier : Les nouveaux aventuriers du rail

Il y a un an, après de longs préparatifs, l’Italie a exporté en France une recette qui avait déjà remporté un succès sur son réseau ferré : la concurrence sur les relations assurées par trains à grande vitesse. C’est en effet en décembre dernier que Trenitalia a lancé sa « flèche rouge », Frecciarossa, entre Paris, Lyon, Turin et Milan, premier exemple d’open access à grande vitesse en France. Pour autant, Trenitalia, filiale des FS Italiane (chemins de fer de l’État italiens) spécialisée dans le transport de voyageurs, n’en était pas à son premier train en France, après avoir assuré, sous la marque Thello, les trains de nuit Paris - Venise jusqu’à la pandémie de Covid, ainsi que les trains Marseille - Nice - Milan. Et Thello avait été candidat pour l’exploitation des TER Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Trenitalia est donc déjà présent sur le marché français. Et pas seulement : toujours dans le domaine de la grande vitesse, les rames Frecciarossa s’élancent fin novembre 2022 à la conquête du réseau espagnol, cette fois sous l’appellation Ilsa, du nom de la filiale de Trenitalia et de la compagnie aérienne espagnole Air Nostrum. Mais il n’y a pas que la grande vitesse et, en Allemagne, la filiale des FS Italiane est aussi propriétaire (après en avoir été actionnaire à 51 % pendant 10 ans) de Netinera, entreprise qui avait repris les activités allemandes d’Arriva après le rachat de ce dernier par le groupe DB. De ce fait, Trenitalia est exploitant en Italie de trains régionaux, d’autocars et de bus urbains. En ...

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Les nouveaux aventuriers du rail dans le magazine VR&T n°666

DOSSIERS PrécédEnts

Equipementiers et services : RAILwAI exploite la richesse des données ferroviaires

Accessibilité, sécurité : les deux autres défis des JO

SPECIAL BUS

Le fournisseur de batteries Forsee Power vise l’équilibre en 2024