fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

14 Fév 2020

bus , Bus électrique , Trolleybus

Dossiers > Bus électriques. Le nouveau débat sur les modes de rechargement > L’histoire perturbée du premier véhicule 100 % électrique

L’histoire perturbée du premier véhicule 100 % électrique

Article présent dans le dossier : Bus électriques. Le nouveau débat sur les modes de rechargement

Jusqu’à une date relativement récente, le mode de fonctionnement nominal du trolleybus, premier autobus 100 % électrique, était son alimentation permanente par perches. La ligne aérienne bifilaire devait donc couvrir l’ensemble du réseau en exploitation, ainsi que, la plupart du temps, les itinéraires de raccordement de ce réseau aux dépôts. Pour assurer néanmoins un minimum d’autonomie afin, par exemple, de pouvoir contourner un obstacle ou d’évoluer dans les emprises d’un dépôt, un groupe thermique auxiliaire était monté sur les véhicules, généralement sous la forme d’un petit moteur à essence (ou diesel) couplé à une génératrice.

C’était le cas sur les trolleybus Vetra VBRh et VBF de la RATP.

Une autre solution consistait à embarquer des batteries, comme sur les véhicules du London Transport, qui exploita, en son temps, le plus grand réseau de trolleybus du monde ! Profitant des progrès réalisés sur les batteries au gré des décennies, les trolleybus avaient fini par gagner en autonomie tout en se dispensant de tout groupe auxiliaire thermique, sans pour autant que l’on songe vraiment à ce que cette autonomie, encore limitée, puisse être mise à profit en service commercial, avec des voyageurs. Il n’y aura, au tournant du siècle, que quelques exceptions où l’on verra de courts prolongements de lignes existantes régulièrement parcourus sans construction d’infrastructures d’alimentation, perches abaissées, par exemple en Autriche. Lorsque, dans les années 60, les quatre lignes parisiennes furent « diésélisées » et le réseau londonien démantelé, ...

Il vous reste 80% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Bus électriques. Le nouveau débat sur les modes de rechargement dans le magazine VR&T n°632

DOSSIERS PrécédEnts

Ligne 14 prolongement

Quelles perspectives pour le métro automatique

Matériel Allemagne

Le train léger existe-t-il ?

Bus Solaris

Electromobilité. Quand la relance passe au vert

Centre ville Montpellier

La gratuité des transports fait toujours débat