fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

14 Fév 2020

bus , Bus électrique , Trolleybus

Dossiers > Bus électriques. Le nouveau débat sur les modes de rechargement > L’IMC ou la technologie pour économiser le temps

L’IMC ou la technologie pour économiser le temps

Article présent dans le dossier : Bus électriques. Le nouveau débat sur les modes de rechargement

L’avantage majeur de la technologie IMC réside, d’abord et avant tout, dans le fait que recharger les batteries pendant que le véhicule circule, en étant normalement alimenté sous un tronçon de ligne aérienne, représente le mode de charge qui, parmi toutes les autres solutions imaginées jusqu’alors en électromobilité, se trouve être celui qui offre, de loin, le meilleur rendement énergétique !

C’est l’électricien allemand Kiepe Electric qui semble avoir identifié, le premier, cette remarquable propriété de l’IMC, ainsi que tous les bénéfices qui pourraient en découler. Cet équipementier a d’abord examiné le challenge que représente le temps nécessaire au rechargement de batteries embarquées, qualifiant ce rechargement de « goulot d’étranglement ».

Sur le port de Gdynia, le nec plus ultra du trolleybus IMC selon le constructeur Solaris : à gauche, l’articulé Trollino 18 et, à droite, le standard Trollino 12.

De fait, un même transfert d’énergie qui requiert, sur un autobus diesel, une minute pour remplir partiellement le réservoir de gazole de celui-ci, va prendre cent minutes s’il s’effectue sous la forme d’une recharge de ses batteries ! Or la recharge de batteries ne dépend, en réalité, que de trois grandeurs : l’intensité, la tension (la première multipliée par la deuxième donnant la puissance), et le temps. L’intensité se trouve limitée par le dégagement de chaleur (proportionnel au carré ...

Il vous reste 80% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Bus électriques. Le nouveau débat sur les modes de rechargement dans le magazine VR&T n°632

DOSSIERS PrécédEnts

Bus Solaris

Electromobilité. Quand la relance passe au vert

Centre ville Montpellier

La gratuité des transports fait toujours débat

Les Grands Prix de la Région Capitale 2020

Les nouvelles tendances de la mobilité