fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Thématiques discutées

Espace débat

4 Membres qui débattent

4 Opinions publiées

301 Réactions

19 Sep 2020

Tout simplement ubuesque

Je ne prends pas souvent la plume, mais là, j’avoue que c’est un petit peu la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Vous semblez accuser le covid-19 (qui sert de bouc émissaire à beaucoup de choses ces derniers temps) d’avoir faussé votre annonce en ayant décalé celle-ci de plusieurs mois et donc donner une vue tronquée des choses, l’été ayant été fort calamiteux sur les rails normands.

Que nenni ! Voilà maintenant presque 18 ans que je prends la même ligne normande et force est de constater que le covid-19 n’est strictement pour rien dans la piètre qualité des clients que nous sommes ! Je vous invite dans les paragraphes suivants à un petit voyage dans le temps et dans l’incompréhensible. J’ose espérer que vous prendrez, respectueusement, le temps de lire ma prose.

Mes premiers voyages sur cette ligne qui mène les normands à Paris se passèrent pour le mieux, la régularité était presque au rendez-vous et mis à part quelques incidents rien ne venait troubler la tranquillité de ces quelques milliers de personnes qui ont fait le choix d’habiter en Normandie mais que les nécessités économiques ont souvent (trop ?) obligé à effectuer un trajet quotidien pour aller trouver un travail en région parisienne.

Je me dois, avant de continuer, faire un petit aparté : ma ligne passe par un point névralgique et obligé entre la Normandie et Paris, j’ai nommé : Mantes la Jolie. En cette gare les trains en direction de Paris ont le choix entre la ligne directe passant par Poissy ou la ligne de délestage qui passe par Conflans et qui rajoute en moyenne 20mn au temps de trajet. Toujours dans cette gare, mais en direction de la Normandie cette fois, il y a deux grands axes : en direction de Vernon/Rouen ou en direction d’Evreux/Serquigny. C’est sur ce dernier axe que je me situe.

Ces premiers voyages se passaient donc pour la plupart bien, et dans des conditions tout à fait agréables, nous avions des trains Corail, avec une partie des voitures comprenant des compartiments de huit personnes, et des fauteuils des plus confortables, le ménage était fait régulièrement, le chauffage fonctionnait l’hivers, la climatisation l’été et la régularité était là. Pour les lecteurs qui ne sauraient pas de quoi je parle  je vous propose de regarder l’image suivante qui vous donnera un aperçu : https://p7.storage.canalblog.com/70/92/1127999/102951003.jpg

Au fil du temps les conditions ont commencé à se dégrader, les retards se faisant de plus nombreux, les deux grèves annuelles de la SNCF se faisant de plus en plus dures. Ah oui il est vrai que cela peut paraître quelque peu bizarroïde à certains, mais nos amis les cheminots font pratiquement tous les ans deux grèves, une au printemps et une à l’automne, enfin pas toujours il est vrai que parfois ils repoussent celle du printemps au début de l’été. C’est pratiquement d’une telle régularité que l’on pourrait croire que c’est planifié d’année en année. Je ne rentrerai pas dans la polémique de savoir si ce sont des grèves à tort ou à raison, pour défendre leurs travails ou pour défendre la sécurité des gens qu’ils transportent, ou simplement pour montrer que les syndicats existent toujours, là n’est pas l’objet de mon propos, tout ce que je peux constater à mon échelle, moi client quotidien de la SNCF c’est qu’il y a deux périodes dans l’année, chaque année, qui sont particulièrement difficiles pour me rendre sur mon lieu de travail et en revenir !

Les conditions se sont donc dégradées, les retards et annulations se sont accumulées, le chauffage à commencé à manquer, la climatisation aussi. Les parties de tarot, bellotte et autres jeux de cartes qui ponctuaient les trajets et permettaient aux gens de maintenir un relationnel ont petit à petit disparu. Nos beaux trains ont commencé à être remplacés par des trains plus capacitif, car oui non seulement les années ont passées mais avec elles, sont venus de plus en plus de voyageurs. Nous sommes donc passé sur des trains à double étage qui ressemblent à cela : https://lestrainsdantanenfranchecomte.e-monsite.com/medias/images/dsc03986.jpg Comme vous pouvez le constater l’ambiance n’est pas du tout la même, cela dit le tarif non plus puisqu’il a augmenté ! Ces nouveaux trains ont, sur les premiers temps eu un peu plus de régularité que n’avaient les derniers Corail, un peu plus de chauffage, et un peu plus de climatisation. Bien que fort peu contents de quitter le confort auquel nous nous étions habitués nous avons fait contre mauvaise fortune bon gré (en même temps pas d’autres alternatives).

Le trafic voyageur n’a fait que s’accroitre au fil du temps et l’espace vital de chacun se diminuer. Arriver moins de 15mn avant le départ d’un train est synonyme de voyager debout, arriver moins de 10mn avant le départ est signifie voyager debout en « mode sardine » sur les plateaux devant les portes. Arriver dans les 5mn précédent le départ signifie galérer en parcourant le quai pour essayer de trouver un plateau où il reste la place pour une sardine. Cela peut faire sourire, mais lorsque vous venez de vous faire une journée de travail, puis un transport en commun pour arriver à la gare Saint-Lazare c’est quelque chose qui est usant à plus d’un titre.

Les conditions se détériorent encore plus avec des retards et annulations à répétition. Et notez bien que lorsqu’il y a trois trains consécutivement annulés au départ de Paris, cela signifie que le 4ième qui de base est déjà bondé, est au-delà de la saturation !

Je me dois de faire une petite digression car il y a un facteur primordial dans toute gestion de crise : cela s’appelle la communication ! C’est un mot totalement absent du vocabulaire de la SNCF !!! Ou tout du moins ils communiquent des fois mais il faut voir la qualité des informations fournies… et là sortez vos mouchoirs ! Entre les messages contradictoires entre les différents moyens de communication : haut-parleurs donnant une information A, affichage en gare une information B, application mobile 1 donnant une information C, application mobile 2 donnant une information D ; comment voulez-vous que les voyageurs puissent comprendre quelque chose ?! Car les informations A, B, C et D peuvent par exemple vous dire pour le même train : « train à l’heure » / « train en retard » / « train annulé ». Facile de s’organiser, facile de prévenir son patron le matin, facile de faire en sorte que les enfants ne finissent pas à la gendarmerie le soir. Mais sur ce chapitre de la communication nous n’en avons pas terminé : quand un train change de statut 4 ou 5 fois en l’espace de 15mn, que devons-nous faire ou croire ? Est-il annulé ? Est-il en retard ? Je passerai sur les fois où, certainement pour nous faire rire, nous avons des annonces dans les haut-parleurs qui nous indiquent « train avec 10mn de retard » alors que le train est justement en train de s’arrêter en gare (et que l’arrêt ne dure que 2mn). Je noterai pour la postérité une annonce qui vaut le détour et que j’ai moi-même entendue à Saint-Lazare (il ne s’agit donc nullement d’une légende urbaine) : « Le train xxx sera mis à quai tardivement, on l’a perdu entre le dépôt et la gare » … Ce jour-là, fait du hasard j’étais en tête de quai et j’avais le contrôleur qui était à côté de moi, nous nous sommes regardés, il était aussi désappointé que moi, il a immédiatement saisi le téléphone, a parlé dedans quelques instants et c’est retourné vers les voyageurs à proximité pour nous dire « euh oui c’est vrai ils ne savent pas où il est… ». La plaisanterie peut faire rire, si c’était une plaisanterie, mais quand c’est la réalité cela fait plutôt frémir.

Un autre point sur lequel j’aimerai attirer votre attention c’est le fait que nous soyons dans des trains où nous passons entre 1h et 1h30 dedans et qui n’ont plus depuis des années maintenant de toilettes ! Ce n’est franchement pas l’idéal vous ne trouvez pas ? Cela dit il est vrai qu’entre avoir des toilettes fermées (ie rendues non utilisables), ou des toilettes non nettoyées, mon cœur balance (et au sens propre) car avoir les odeurs d’un WC non nettoyé depuis des semaines en pleines chaleurs du mois d’août ce n’est pas non plus facile pour éviter les nausées.  Allant de pair avec les WC, nous pouvons aussi aborder la question du nettoyage, qui est peut-être mensuel voire trimestriel maintenant. Quand vous passez des semaines à voir la même trace gluante de jus de fruit renversé sur le sol, où la trace de vomi toujours présente sur un siège, vous pouvez là aussi vous poser la question de la propreté du wagon (et je n’emploie volontairement plus le terme voiture) dans lequel vous voyagez.

Qu’il est agréable d’avoir un peu d’air frais ! C’est du moins ce que doivent penser les cheminots qui ont laissé pendant presque 18 mois la fenêtre du wagon où je voyage habituellement avec un jour de 10 cm. Je ne compte plus les signalements, je ne compte plus les réclamations, mais il aura quand même fallu 18 mois pour que le mécanisme soit réparé. Réparation qui n’aura tenu que fort peu longtemps mais qui aura quand même permis aux voyageurs de pouvoir utiliser les places adjacentes ainsi que celle dans le sens de la marche sur les 2 rangées suivantes, car sinon elles étaient rendues inutilisables : se prendre le vent en pleine tête n’est pas des plus agréable, mais en hivers et lorsqu’il est accompagnée de pluie ou de neige ça l’est encore moins !

Et oui il est là le quotidien réel des gens qui payent pour utiliser ces lignes de transports, il est là le quotidien des gens qui utilisent les lignes pour lesquels vous oser décerner un prix ! Et les dégradations s’étant accumulées sur les quinze dernières années, je ne vois pas comment vous pourriez justifier votre méfait en accusant le covid-19 d’avoir entaché votre jugement !!!

Il est à noter que le « big data SNCF » ne permet pas de calculer les retards sur ma ligne mais uniquement sur la globalité de la région, comme c’est pratique dirai-je, tout comme il est pratique de ne pas comptabiliser les retards de moins de 5mn… 5mn ce n’est rien me direz-vous ? Je vous ferai juste un petit calcul : 5mn 2 fois par jour sur 220 jours ouvrables cela représente quand même plus d’un jour et demi de votre vie… peut être este rien pour vous mais cela peut l’être pour beaucoup de gens. A l’échelle d’une vie de travailleur cela représente 66 jours !!! Sur base des piètres informations qui sont accessibles au commun des mortels je vous soumets ce petit graphique qui prend sur les 7 dernières années les TER en Normandie (il est d’ailleurs jamais très clair de savoir si entre Paris et la Normandie nous sommes sur des TER ou des intercités, suivant les annonces, suivants les dépliants, suivant les applications on obtient des informations contradictoires, au point que le « big data SNCF » ne donne rien entre Evreux et Paris sur les intercités ce qui tendrait à dire que Rouen-Paris est un intercité, mais que Evreux-Paris soit un TER). Ce graphe nous démontre quand même qu’il y a, en moyenne, minimum 1 train sur 10 qui est annulé, les trains sur ma ligne étant les mêmes qui font l’aller le matin et le retour le soir, 1 annulation le matin correspond à 1 annulation aussi le soir ! https://ibb.co/CH098Ps

 Mais arrêtons là ces considérations et soyons plus pragmatiques : 5mn c’est le temps que la SNCF donne aux voyageurs prenant l’axe Paris/Vernon-Rouen pour descendre à Mantes-la-Jolie, traverses la foule compacte, et monter dans la navette qui fait Mantes-Evreux-Serquigny. Cela signifie que si votre train en provenance de Paris arrive en retard à Mantes, vous avez entre 30 et 45mn d’attente sur le quai. Vous voulez faire le calcul à l’échelle d’une vie ? Je vous laisse le faire vous-même. Dans sa grande mansuétude le président de la région Normandie a négocié avec la SNCF que la navette attente systématiquement la correspondance. Dans les faits, elle attend dans maximum 50% des cas ! Laissant les gens sur le carreau à Mantes. Pour peu que cela soit sur le dernier train, il ne reste plus aux voyageurs qu’à s’organiser à coup de taxis payés à leurs frais pour rentrer chez eux.

Voulez-vous que nous abordions le problème de la ligne entre Paris & Mantes-la-Jolie qui est régulièrement l’objet de pannes de signalisation, de défaut d’aiguillage ou de panne de train encombrant les voies en empilant les trains suivants les uns derrière les autres avec des retards de plusieurs heures ? De mémoire (à vérifier s’il n’y a pas plus important), on a déjà dépassé les 4h30 de retard avec des voyageurs sortant sur les voies et évacuants par les champs, arrêtant les voitures sur la route voisine pour se faire raccompagner, le tout, la encore de mémoire, en plein soleil, sans climatisation dans des trains où l’on flirte avec les 45 degrés et sans eau bien entendu. Dois-je préciser « sans communication » de la part de la SNCF ? Il existe plein de photos et de récits de ce genre sur les réseaux sociaux si vous voulez regarder un peu plus ce qu’est la réalité réelle et non celle de votre tour d’ivoire ou de vos bureaux loin des affres de ce qu’est notre quotidien !

Je vous donnerai enfin et avant de conclure trois petites anecdotes qui font rire tout autant que frémir et qui se sont déroulées en moins de 10 jours :

·         Figeons le contexte : retard d’un train, qui finit par se terminer par panne de celui-ci et arrêt à Mantes-la-Jolie. Des centaines de voyageurs sur le quai à attendre depuis 30mn sans trop d’information à se mettre sous la dent, le personnel SNCF présent sur le quai ne semble pas en savoir plus. De l’autre côté du quai, au quai F, un train vide attend après avoir effectué son trajet d’aller être mis au dépôt. Au bout de quelques minutes le train en panne démarre pour aller être mis au dépôt. Rien d’anormal me direz-vous : il est sur la voie G. Enfin une annonce : « arrivée du train à destination de Serquigny voie F, éloignez vous de la bordure du quai ». Quelque peu interloqués les voyageurs et moi-même nous retournons vers le personnel SNCF présent sur le quai en leur disant « euh vous ne pensez pas qu’il y a un problème ? il y a déjà un train quai F ! » Le personnel rigole, le haut-parleur fait de nouveau la même annonce, le personnel blêmit, appelle sur son talkie-walkie, l’annonce est refaite en changeant pour le quai G. L’histoire ne dit pas si c’était une erreur d’annonce ou si les voyageurs en prévenant le personnel a évité un grave accident. Les visages de ces personnes tendent à me forger une opinion.

·         Train marquant son arrêt en gare de Mantes-la-Jolie, repart, fait à peine 100m freine dans ce que l’on pourra appeler un freinage d’urgence et s’immobilise. Aucune information pendant 5 à 10mn… puis soudain une annonce : « le train n’est pas partie sur la bonne voie d’aiguillage, il va revenir en gare avant de repartir ». Voilà qui a de quoi faire frémir ! Heureusement il s’agissait des voies de garages sur lesquelles le train était aiguillé et pas celle d’un express en venant de Rouen, sinon la fin aurait été bien plus grave que les 30mn de retard subi.

·         Train arrivant péniblement en gare de Mantes-la-Jolie après avoir marqué plusieurs arrêts et avoir voyagé une grande partie du temps sur les « lumières de secours ». Arrêt à Mantes, coupure de courant, tout le monde dans le noir, aucune annonce ni dans le train ni sur le quai. 20mn plus tard le train repart… dans le noir ! Le contrôleur passe à la lumière de son téléphone dans les couloirs pour informer les voyageurs : « notre train subit une panne électrique depuis le départ de Paris, et nous n’avons réussi à repartir de Mantes qu’avec un système D… une pierre qui tient l’interrupteur ». Cela met en confiance !

Ma conclusion sera que le personnel de la SNCF est en grande partie tout aussi prisonnier que nous les voyageurs, avec une différence certaine : nous on paye pour un service, eux sont payés pour nous fournir un service. Je passerai volontairement sur la refonte des horaires de train catastrophique qui a été faite sans aucune considération pour les gens et sans se poser la question des impacts d’un tel changement (perte d’emploi, impossibilité de garde d’enfants, rallongement des journées de travail,..), je passerai aussi sous silence le tunnel qui risque de s’écrouler sur le train, le « viaduc » dont les accotement s’effondrent et affaissent les voies rendant obligatoire des ralentissements et donc augmentant les temps de trajets,… la liste des doléances pourrait être encore très longue tellement il y a de manquements.

En tout état de cause, il est totalement scandaleux à la lumière de ce qu’est le quotidien des voyageurs normands de décerner une quelconque récompense à la région ou/et à la SNCF.

Mais nous n’en sommes plus à un paradoxe prés, puisque ladite région semble avoir attaqué en justice la SNCF réseau pour ses multiples dysfonctionnements.

Bref… ubuesque !

 

Par Frederic PATAUD

COMMENTAIRES (0)