fbpx

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Thématiques discutées

Espace débat

1 Membres qui débattent

1 Opinions publiées

302 Réactions

  • Avatar

    Assises de la mobilité sur le plateau de Saclay

21 Nov 2017

Assises de la mobilité sur le plateau de Saclay

Vous passez sous silence la première séquence de ce colloque, où l'urbaniste Jacqueline Lorthiois a présenté une analyse, basée sur les chiffres de l'INSEE, des bassins d'emploi traversés par l'hypothétique ligne 18 ; voir sa présentation : www.colos.info/images/doc/Assises-mobi-Saclay_Bassins-emploi.pdf, qui est fondamentale pour comprendre les flux de déplacements entre et à l'intérieur de ces bassins. Elle démontre qu'il n'y a quasiment rien en commun entre le bassin d'activité d'Orly, le bassin d'emploi de Massy-Saclay et celui de Versailles/St Quentin-en-Yvelines. Ce dernier est un cas d'école d'une « zone intense » : plus de 60 % des habitants travaillent dans le même bassin. Le tracé de la ligne 18 est perpendiculaire aux flux de déplacements dans ces bassins et ne fait qu'effleurer celui de Versailles/St Quentin. Jacqueline Lorthiois a rappelé par ailleurs que l'idée d'interconnecter les pôles de développement est un non-sens, ces liaisons favorisant l'étalement urbain dans les territoires périurbains et le trafic qu'elles véhiculent ne correspondant qu'à 3 % du trafic total.

 

Où avez-vous vu que le trafic entre Massy et Saclay sera conséquent ? Le dossier de l'enquête publique de la ligne 18, comme le rapport Auzannet de fin 2012, évoquent une fréquentation de l'ordre de 4500 voyageurs à l'heure de pointe. C'est largement à la portée d'un téléphérique, contrairement à ce qu'affirme Laurent Probst.

 

Il est inexact de dire que pour la SGP le débat est clos : rappelons que deux recours ont été déposés en Conseil d'État à l'encontre de la déclaration d'utilité publique de la ligne 18, l'un par quatre maires riverains, l'autre par huit associations sous la houlette de France Nature Environnement Ile-de-France.

 

Ce recours associatif présente diverses solutions alternatives à la ligne 18, qui ont aussi été présentées lors du colloque du 18 novembre.

À titre d'exemple, citons l'esquisse d'une liaison CarLina entre Massy et la frange sud du plateau de Saclay (prolongeable vers Orly, Gif-sur-Yvette, Les Ulis et Villebon-sur-Yvette via Bures-sur-Yvette, le pont de Sèvres via le Petit Clamart, ...) : www.colos.info/images/doc/Liaison-CarLina_Massy-Saclay.pdf.

Elle montre bien que si la ligne 18 est jugée importante – ce qu’elle est beaucoup moins qu'on tente de faire croire, cf. ci-dessus –, on peut faire beaucoup plus vite (3 ans), infiniment moins cher (10 millions d'euros), avec un débit supérieur (30 000 passagers à l'heure) et rendant un bien meilleur service. Car au-delà du transport des usagers parisiens – peu nombreux en proportion –, elle permettra d'organiser efficacement et économiquement la desserte locale du territoire ; sur l'esquisse, cela est illustré par le rajout d'embranchements desservant les quartiers Camille Claudel et Les Joncherettes de Palaiseau ou encore le quartier du Pileu d’Igny.

 

Certes, cette technologie est encore en cours de développement, mais il est très probable qu'elle sera opérationnelle vers 2020. Elle présentera alors une solution puissante à un problème jusque-là insoluble avec les moyens actuels : celui de la desserte des zones périurbaines, où presque tout le monde est obligé de se servir d'une voiture. C'est cela, le véritable problème de desserte du plateau de Saclay.

Par

COMMENTAIRES (0)