fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

L’enjeu de l’attractivité

07 Fév 2023

conducteurs , emploi , Formation

Dossiers > Formation. Spécial métiers en tensions > L’enjeu de l’attractivité

Article présent dans le dossier : Formation. Spécial métiers en tensions

Le secteur des transports est placé à la dixième place sur douze sur le critère d’attractivité. Les écoles cherchent à valoriser les atouts du transport public.

Deux promotions, soit plus d’une trentaine de jeunes diplômés intègrent chaque année le graduate program de Keolis. « Un cursus alliant des formations théoriques et deux immersions de six mois sur le terrain, avant de prendre un poste, par exemple de responsable études et méthode ou de responsable d’exploitation dans une filiale de taille moyenne », décrit Clément Michel, directeur des ressources humaines (DRH) de l’opérateur de transport public de voyageurs. Les « pépins » (le nom donné aux jeunes potentiels qui suivent ce programme), mais aussi d’autres jeunes diplômés, se voient également proposer régulièrement des missions à l’international, via le volontariat international en entreprise (VIE).

Porté par un fil rouge stratégique tissé autour du développement durable, Keolis n’éprouve aucune difficulté à recruter de jeunes cadres, et notamment des ingénieurs. Mais cette attractivité est loin d’être partagée par l’ensemble des entreprises du transport public. « Le secteur ferroviaire aurait besoin de 600 à 800 nouveaux ingénieurs par an, mais n’en embauche que  200 », déplore Houria Habchi, chargée de mission ingénierie de la formation et de la promotion des métiers du ferroviaire au sein de l’association Futur en train, structure de l’UTP chargée du développement des formations et la promotion des métiers ferroviaires. 

Directeur du master Transport et Dé...

Il vous reste 77% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Formation. Spécial métiers en tensions dans le magazine VR&T n°668

DOSSIERS PrécédEnts

Equipementiers et services : RAILwAI exploite la richesse des données ferroviaires

Accessibilité, sécurité : les deux autres défis des JO

SPECIAL BUS

Le fournisseur de batteries Forsee Power vise l’équilibre en 2024