fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
Inscrivez-vous
ou connectez-vous
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

Au centre d’apprentissage de Saint-Denis

07 Fév 2023

conducteurs , emploi , Formation

Dossiers > Formation. Spécial métiers en tensions > Au centre d’apprentissage de Saint-Denis

Article présent dans le dossier : Formation. Spécial métiers en tensions

Cette année à la RATP, 2 500 machinistes (nom officiel des conducteurs de bus) doivent être recrutés.

Pour y parvenir, la Régie multiplie les actions de promotion et de communication pour vanter l’intérêt de ce métier et susciter des vocations : job dating, affichage dans les autobus, actions de recrutement dans les centres commerciaux, partenariats avec les agences Pôle Emploi locales, cooptation, opérations de parrainage par un salarié RATP (300 euros de prime pour le parrain, que la candidature aboutisse ou non). A titre de comparaison, la RATP a recruté 2 200 machinistes receveurs en 2018, et 1 800 en 2019. Quid des démissions enregistrées par l’entreprise publique ? « Pour le premier semestre 2022, le taux était de 1 %, soit moitié moins que le taux national enregistré par le ministère du Travail », indique Alexandre Guyot, DRH des réseaux de bus. « Nous recevons 5 400 candidatures par an, tous métiers confondus. C’est un niveau comparable à la même période d’avant la crise Covid »

La filière apprentissage pour recruter davantage

Fait nouveau, en 2022, sur les 1 500 nouveaux chauffeurs de bus, 600 étaient des apprentis, « soit une augmentation de 10 % par rapport à 2021 », poursuit Alexandre Guyot. Il s’agit d’élargir le panel de candidats afin de pouvoir répondre aux besoins urgents de recrutement. 

Les critères de sélection ? « Etre titulaire du permis B, posséder déjà ou passer son permis D (sésame pour conduire les véhicules de transport de personnes), avoir une aptitude à la ...

Il vous reste 77% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Formation. Spécial métiers en tensions dans le magazine VR&T n°668

DOSSIERS PrécédEnts

Equipementiers et services : RAILwAI exploite la richesse des données ferroviaires

Accessibilité, sécurité : les deux autres défis des JO

SPECIAL BUS

Le fournisseur de batteries Forsee Power vise l’équilibre en 2024