Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*

> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

05 Fév 2019

Dossiers > La révolution billettique > Le ticket SMS pour les occasionnels

Le ticket SMS pour les occasionnels

Article présent dans le dossier : La révolution billettique

La start-up française Atsukè a démarré son activité en 2016 en proposant le ticket SMS sur le territoire suisse car à l’époque, la réglementation bancaire ne l’autorisait pas dans notre pays. Depuis, la loi Lemaire est passée par là et la jeune pousse s’est empressée de la proposer aux réseaux français à partir de la fin 2017.

Sa solution, qui passe par l’envoi d’un SMS, est simple : le prix du billet est débité directement sur la facture du téléphone mobile de l’utilisateur. De son côté, le contrôleur peut scanner le SMS grâce à une appli permettant de contrôler la validité du titre de transport.

Aujourd’hui, une vingtaine de réseaux français, dont ceux de Rouen, Grenoble ou Reims ont adopté le ticket SMS. La start-up s’attend à gagner un réseau de plus par mois. « C’est un dispositif très léger qui peut être adopté par un réseau de n’importe quelle taille », souligne Damien Bousson, fondateur d’Atsukè, qui a signé tout récemment un accord avec Ile-de-France Mobilité pour le tester dans huit réseaux franciliens, dont Versailles et Argenteuil. La solution vise avant tout les voyageurs occasionnels.

Selon Atsukè, les réseaux qui ont adopté le ticket SMS auraient beaucoup à gagner. Les chauffeurs vendent moins de billets à bord, ce qui favorise la vitesse commerciale. Et globalement, les ventes augmentent. « Au bout de huit mois, nous avons enregistré 100 000 tickets vendus en plus à Rouen. Nous sommes persuadés que ce n’est pas parce qu’il y a eu plus de fréquentation mais parce qu’on a fait payer des trajets qui n’étaient pas payés. C’est ce qu’on appelle la “fraude molle“, c’est-à-dire le fait de ne pas payer son ticket parce qu’il y a trop de queue ou parce qu’on ne trouve pas le guichet », explique Damien Bousson. M.-H. P.

DOSSIERS PrécédEnts

Chambery avion

Que faire des 130 aéroports français

Train de nuit paris Nice

L’avenir des trains d’équilibre du territoire en question

Televal Cable A

Le téléphérique urbain prend son envol en France

JB Hahn

Le rôle des porteurs de projets