fbpx

Recevez chaque mardi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !


ou

Mot de passe oublié?

Vous n'avez pas de compte ? S'inscrire

Pour terminer votre inscription, vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation

Vous avez déjà un compte? Connectez-vous

Mot de passe oublié

X
Créer un nouveau dossier
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

05 Fév 2019

Dossiers > La révolution billettique > Le ticket SMS pour les occasionnels

Le ticket SMS pour les occasionnels

Article présent dans le dossier : La révolution billettique

La start-up française Atsukè a démarré son activité en 2016 en proposant le ticket SMS sur le territoire suisse car à l’époque, la réglementation bancaire ne l’autorisait pas dans notre pays. Depuis, la loi Lemaire est passée par là et la jeune pousse s’est empressée de la proposer aux réseaux français à partir de la fin 2017.

Sa solution, qui passe par l’envoi d’un SMS, est simple : le prix du billet est débité directement sur la facture du téléphone mobile de l’utilisateur. De son côté, le contrôleur peut scanner le SMS grâce à une appli permettant de contrôler la validité du titre de transport.

Aujourd’hui, une vingtaine de réseaux français, dont ceux de Rouen, Grenoble ou Reims ont adopté le ticket SMS. La start-up s’attend à gagner un réseau de plus par mois. « C’est un dispositif très léger qui peut être adopté par un réseau de n’importe quelle taille », souligne Damien Bousson, fondateur d’Atsukè, qui a signé tout récemment un accord avec Ile-de-France Mobilité pour le tester dans huit réseaux franciliens, dont Versailles et Argenteuil. La solution vise avant tout les voyageurs occasionnels.

Selon Atsukè, les réseaux qui ont adopté le ticket SMS auraient beaucoup à gagner. Les chauffeurs vendent moins de billets à bord, ce qui favorise la vitesse commerciale. ...

Il vous reste 84% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

DOSSIERS PrécédEnts

Gares. Nouvelles machines à cash de la SNCF

Les nouvelles missions du cluster de Bourgogne

La fièvre des nouvelles mobilités

Allison, le géant mondial aux sept millions de transmissions

La très attendue loi Mobilités prend à nouveau du retard

Feu vert pour les téléphériques français

Ces tunneliers qui creusent le ventre du Grand Paris

Le RER s’exporte en régions

Salon de l’UITP – Cap sur le zéro émission

Comment les start-up inventent la mobilité de demain

Stationnement. Les nouveaux conflits d’usage de l’espace public

Spécial UITP – Le modèle suédois