fbpx

Je me connecte

E-mail*
Mot de passe*
> Mot de passe oublié?

Je m'inscris

*Champs obligatoires

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent.
1. Mon Compte
2. Mes activités
3. Mes Newsletters

Vous devez lire et accepter nos conditions générales de vente et d’utilisation *

* Mentions obligatoires

Je souhaite recevoir la newsletter :

Je m'enregistre

Mot de passe oublié ?

Recevez chaque mercredi
le sommaire de notre LETTRE CONFIDENTIELLE
et soyez informé des dernières actualités essentielles
de la mobilité et des transports.

Je valide !
X
X

X

Recevoir des contenus similaires

Sélectionnez la catégorie ci-dessous pour être alerté(e) dès qu’un article évoquant ce sujet est publié sur notre site.

X

RAJOUTER A MON PORTE DOCUMENT

Sélectionnez un dossier :

Créer un nouveau dossier

03 Avr 2020

autobus , bornes de recharge , bus , Bus électrique

Dossiers > Bus de demain. L’impossible défi de la standardisation

Bus de demain. L’impossible défi de la standardisation

L’essor de l’électromobilité impose une unification des interfaces de rechargement. Les industriels y travaillent depuis longtemps, tandis que l’Europe prépare de nouvelles normes applicables aux bus électriques. C’est ainsi que le besoin de standardisation ressurgit. Un concept après lequel courent les opérateurs depuis des décennies, mais qui, paradoxalement, n’a jamais autant revêtu les atours d’un impossible défi.

Les bus 100 % électriques sont en phase d’investir puissamment nos villes. Aujourd’hui, le stade des démonstrations in situ comme des projets pilotes appartiendrait presque au passé. La phase qui s’ouvre désormais est bien celle du déploiement à grande échelle. Or il semble déjà que l’un des facteurs-clés pour garantir le succès de ce déploiement réside dans l’interopérabilité, à laquelle il va bien falloir parvenir, entre les équipements des véhicules et les stations de charge. Le temps n’est plus aux « systèmes propriétaires », qui rendaient les opérateurs dépendants, sur le long terme, d’un seul fournisseur. Cette interopérabilité paraît d’autant plus importante à réaliser que l’actuelle libéralisation qui touche le monde des transports urbains ne peut que conduire à des changements plus fréquents d’opérateurs à la faveur d’un renouvellement systématique, à échéances désormais régulières, des appels d’offres par les autorités organisatrices. L’interopérabilité est aussi le moyen rêvé de simplifier la mise en œuvre des stations de recharge sur le terrain, d’envisager une mutualisation des moyens, et de dégager d’indispensables effets d’échelle ...

Il vous reste 70% de l'article à lire
L'accès à la totalité du dossier est réservé aux abonnés, aux utilisateurs d’un porte-monnaie ou aux acheteurs de l’article à l’unité.

Retrouvez le dossier Bus de demain. L’impossible défi de la standardisation dans le magazine VR&T n°634

DOSSIERS PrécédEnts

Ligne 14 prolongement

Quelles perspectives pour le métro automatique

Matériel Allemagne

Le train léger existe-t-il ?

Bus Solaris

Electromobilité. Quand la relance passe au vert

Centre ville Montpellier

La gratuité des transports fait toujours débat